Pour les musulmans, le Coran est la parole de Dieu, retranscrite mot pour mot. Révélé à Mahomet par l’Ange Gabriel, sur une période de 22 années, entre 610 et 632, il s’agit d’un message d’origine divine, pur et non altéré, à la validité universelle et intemporelle. En cela, les musulmans adoptent une approche similaire à celle des Juifs, qui considèrent que l’Ancien Testament a été dicté à Moïse par Dieu lui-même. C’est peut-être le cas et le but de ce livre n’est pas de prendre position sur les croyances de chacun. Mais où que se situe la vérité divine, rien n’interdit de placer la révélation vécue par Mahomet et la rédaction du Coran dans leur contexte et leur histoire. Car contrairement à ce que certains pourraient laisser penser, notamment en ces temps troublés, l’islam n’a pas fait table rase des religions qui l’ont précédé. Le Coran ne s’inscrit pas dans un chemin spirituel en rupture avec ceux tracés avant lui : il les poursuit très précisément – pour en être l’aboutissement, selon la foi musulmane.