Le christianisme constitue aujourd’hui la religion la plus répandue sur la planète. Répandue en nombre, puisque les chrétiens représentent 32% de la population mondiale. Mais aussi répandue dans l’espace : un quart des chrétiens vit en Europe, un quart en Amérique latine, un quart en Afrique, un huitième en Amérique du Nord et un huitième en Asie-Pacifique. Plus encore que pour les autres religions révélées, la question se pose donc de l’originalité de son message : l’enseignement de Jésus et de ses disciples, contemporains ou postérieurs, constitue-t-il une révélation parfaitement originale, imperméable aux mythes et légendes qui l’ont précédée ? L’histoire du Dieu des chrétiens est-elle le pur produit de la vie du Christ ou est-elle teintée des croyances de l’époque ? L’église catholique est-elle construite sur des règles propres, inspirés du Christ, ou s’est-elle bâtie en intégrant de multiples apports ? C’est ce que nous allons voir. Une précision au préalable, cependant : les propos qui suivent ne remettent nullement en cause la véracité des enseignements du Christ et la valeur de la foi chrétienne. L’étude des influences historiques permet d’apprécier la construction progressive de l’église catholique, mais n’a pas vocation à questionner la dimension religieuse et son essence profonde, qui reste exceptionnellement belle et juste : l’amour, au cœur de l’homme et de sa relation avec Dieu et ses semblables.